index - sommaire - algérie - amis - arabe - armoiries - B.D. - blagues - blogs dz - cinema - communes d'Algérie - communes anciennes - culture et célébrités - cuisine - gravures d'époque - immobilier - liens divers - littérature - maires - musique - patrimoine - peinture - petites histoires - photographie - population algérienne - prénoms - Que sont-ils devenus? - sahara - temoignages - voyages
Conclusion - e-mail - guestbook1 - guestbook2 - Remplissez le formulaire de perdu de recherche - sondage -


Naama


Le Café des Souvenirs - Forum 2

 


Population : 146.000 habitants

Communes d'Aïn Sefra : 12 - (Code Wilaya : 45)
Ain Ben Khelil, Ain Sefra, Assela, Djeniane Bourzeg, El Biod, Kasdir,
Makman Ben Amer, Mecheria, Moghrara, Naama, Sfissifa, Tiout

Photo donnée par Omar Benazzedine

Ain Sefra est à l'extrémité des montagnes de l'Atlas, elle est la porte du Sahara. Elle est adossée au massif du Djébel Mekter, en avant duquel s'étend une ligne de dunes longues de 15 à 20 kms.

A 200 m de la gare se trouve l'ancien village européen qui fut dévasté de fond en comble le 21/10/1904 par une crue subite de l'oued.

Photo donnée par Omar Benazzedine

De l'autre côté de l'oued, la magnifique couleur d'or rouge des dunes met dans le paysage une note éclatante et imprévue. Lorsque souffle le vent du Sud, il charrie le sable en grande quantité dans les rues de Ain Sefra et l'on s'y enfonce jusqu'à la cheville. On a entrepris de fixer le sable par des plantations de peupliers, de saules, d'arbres de toutes sortes qui constituent pour Ain Sefra un charmant jardin.

Ces dunes de sable rouge sont magnifiques, Ain Sefra est à une altitude de 1.000 mètres.

photo donnée par Omar Benazzedine


Les curiosités de la région

- La source thermale d'Aïn Ouarka et son paysage lunaire (voir photo)

Ain  Ouarka (source thermale) - Photo envoyée par  Ahmed Réda Rahou que je remercie du fond du coeur
- Les premières gravures rupestres (plus de 2000 figures)
- Les vieux ksour avec leur originalité d'antan (Assela, Moghrara, Sfissifa et Tiout)
- La gigantesque dune de Mekther
- La Kalaâ du Cheikh Bouamama
- La tombe Eberhardt à Aïn Sefra
- Les fêtes locales : Sidi Ahmed Medjdoub, Sidi Brahim, Sidi Moussa
- Les palmeraies (Moghrara, Tiout, Assela)


Isabelle Eberhardt : La jeune fille russe, née en février 1877 en Suisse, est décédée le 21 octobre 1904, dans l’inondation de Oued Sefra, et enterrée selon les coutumes musulmanes au cimetière musulman Sidi-Boudjemâa à Aïn Sefra. Elle fut le premier écrivain maghrébin d’expression française et premier journaliste dans la région du Sud oranais.

      • Oeuvres principales : Nouvelles algériennes (1905),
      • Dans l'ombre chaude de l'islam (1906),
      • Les journaliers (1922).

Isabelle Eberhardt fait partie, qu’on le veuille ou non, du patrimoine culturel de Aïn Sefra.

Isabelle EBERHARDT

C’est en septembre 1903 qu’Isabelle vint dans cette région en tant que journaliste d’El-Akhbar et de la Dépêche algérienne, quelques jours seulement avant que Lyautey ne devienne général de la subdivision de Aïn Sefra. De septembre à début décembre, elle visite la région et écrit des articles sur Aïn Sefra, Moghrar, Hadjerat Lemguil, Djenien-Bourezg, Zoubia, Béni-Ounif, Djenan Dar, Figuig où elle a eu une entrevue avec le chef de la zaouia de Bouamama située à Hammam El-Fougani. Il convient de lever toute équivoque : Isabelle n’a jamais rencontré Bouamama.

En janvier/février 1904, elle fit encore un court passage avec Barrucand, le directeur de son journal, ils passèrent rapidement en train, à Béni Ounif, Aïn Sefra, Oujda et Tlemcen.


J'ai perdu suite à une mauvaise manoeuvre une partie de cette page avec quelques photos, ce sera remplacé bientot. Djamila



Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click

 

dimanche juillet 16, 2006 10:18

 

©djamila.be - (1999-2006) - Disclaimer