index - sommaire - algérie - amis - arabe - armoiries - B.D. - blagues - blogs dz - cinema - communes d'Algérie - communes anciennes - culture et célébrités - cuisine - gravures d'époque - immobilier - liens divers - littérature - maires - musique - patrimoine - peinture - petites histoires - photographie - population algérienne - prénoms - Que sont-ils devenus? - sahara - temoignages - voyages
Conclusion - e-mail - guestbook1 - guestbook2 - Remplissez le formulaire de perdu de recherche - sondage -


cliquez pour voir d'autres superbes toiles Alger
El-Djazaïr - El-Bahdja - Icosium - Alger la Blanche -

page 1 - page 2 - page 3 - page 4 La Casbah


 

Le Café des Souvenirs
forum n°1

Forum 2


"C'est une ville qu'on ne peut se lasser d'admirer et dont l'aspect enchante l'imagination.
Assise au bord de la mer, sur le penchant d'une montagne, elle jouit de tous les avantages qui résultent de cette position exceptionnelle ; elle a pour elle les ressources du golfe et de la plaine.
Rien n'approche l'agrément de sa perspective."

Abou-Mohamed-El-Abery - XIIIe siècle


Population : 2.562.000 habitants

Communes d'Alger : 33 - (Code Wilaya : 16)
Alger, Bab El Oued, Bab Ezzouar, Bachdjarah, Bains Romains, Baraki, Ben Aknoun, Beni Messous, Birkhadem, Birmendrais, Bologhine, Bordj El Kiffan, Bourouba, Bouzareah, Casbah, Dar El Beida, Dely Ibrahim, El Biar, El Harrach, El Madania, El Magharia, El Mouradia, Gue de Constantine, Hamma Annasers, Hussein Dey, Hydra, Kouba, Les Eucalyptus, Mohammadia, Oued Koriche, Oued Smar, Rais Hamidou, Sidi M'Hamed.

Les autres "ALGER" dans le Monde

Vue d'Alger la Blanche

Météo : Pour Alger


Historique :
Jadis appelée "Ikosim" (l'île aux mouettes), sa fondation remonte au IVe siècle avant J-C (des débris de vases campiniens - datant du IIIe sicle avant JC - furent découverts dans un puits de vingt mètres de profondeur).

  • En l'an 25 avant JC, le nom d'Ikosim fut hellénisé en Icosium, et la ville passa sous domination romaine.
  • C'est vers le IVe siècle que le christianisme fut introduit à Icosium.
  • En 429, la ville passa sous domination vandale. En 442 un traité entre Romains et Vandales permit aux Romains de récupérer Icosium et ce durant les cent ans que dura la domination vandale.
  • Après 533, la ville sombra suite aux attaques des tribus maures et berbères.
  • En 702, vague déferlante de l'Islam en provenance d'Arabie.
  • En 960, Bologhine, fils de Ziri-Ibn-Menad, reconstruisit Icosium et la baptisa "El-Djazair-Mezghanna", El-Djazaïr (les îles).
  • Elle fut prise en 1082 par les Almoravides, la première grande Mosquée du rite malékite "Djamaa El Kébir" fut construite par Youssef-Ibn-Tachefin.
  • En 1152, prise d'El-Djazaîr par les Almohades (El-Mouwahidine).
  • Au XVIe siècle : Invasion turque
  • En 1830, Invasion française
  • Le 05/07/1962, Indépendance de l'Algérie

Vue sur Notre Dame d'AfriqueLa Baie d'Alger

Les six portes :

  • Bab-El-Djedid
  • Bab Sidi-Ramdane
  • Bab-Azoun
  • Bab-El-Oued
  • Bab-El-Behar
  • Bab-El-Djazira (appelée aussi Bab-El-Jihad)

Toutes ces portes étaient fermées à la tombée de la nuit et rouvertes qu'au petit matin.

Maison de la Casbah


Le boulevard Mohamed Khémisti :
Cette trouée face à la mer marque l'axe médian de la ville. Cette large voie s'élève vers l'esplanade de l'Afrique (belle vue), face au Palais du Gouvernement, il est dominé par la masse rectangulaire de l'hôtel Aurassi. Au bas du Boulevard : la Grande Poste (style néo-mauresque).

Le Front de Mer :
On y trouve les Boulevards Zighout Youcef et Ernesto Che Guevara, on traverse la Place Mohamed Touri où se trouve le TNA (théatre national algérien) - La Gare Centrale d'Alger est située en contre-bas de cette place -
Plus au Nord : les constructions harmonieuses de l'Amirauté prolongeant le Front de Mer. L'Amirauté est batie sur un des ilôts primitifs qui donnèrent leur nom à la cité (el-djazair). C'est là que Pédro Navarro avait édifié le Penon pour menacer la ville d'Alger.

La Place des Martyrs :
Elle a longtemps constituée le centre d'Alger. L'animation y est toujours très importante. Elle fut réalisée du temps de l'occupation française, au pied de la Casbah dont on a démoli une partie pour les besoins de la cause. La Casbah s'élève à l'ouest de la Place.

Djemaa El Djedid :
(Sur la Place des Martyrs) La nouvelle mosquée appelée aussi Mosquée de la Pêcherie en raison de la proximité de la Halle des poissons. Elle fût bâtie en 1660 à l'époque de la régence turque, selon un plan en forme de croix.

Djemaa El Kébir :
La Grande Mosquée, c'est la plus ancienne d'Alger, elle fût construite au XIème siècle par l'almoravide Ibn Tachfin. La décoration intérieure est sobre et les lignes sont pures.

Mosquée Ketchaoua :
Bâtie en 1794 par le Dey Baba Hassan, elle servit plus tard au culte catholique et fut transformée en cathédrale, avant d'être récupérée par le culte musulman à l'indépendance. En face de la Mosquée Ketchaoua se trouve la belle demeure : Dar Aziza Bent El Bey (le palais de la Princesse Aziza).

La Casbah :
Elle constitue la vieille ville d'Alger, la cité turque autour de laquelle se sont pressées des constructions hétéroclites.

ruelle de la Casbah..................Maison dans la Casbah
Imposante forteresse, elle fut construite en 1516 et achevée en 1590.
Sa position lui permettait d'avoir une vue d'ensemble sur le port et sur toute la ville


A l'origine le mot "casbah" désignait la citadelle qui surplombait la ville "la médina", peu à peu le terme engloba la cité elle-même. Les remparts qui protégeaient la Casbah, ainsi que le haut et le bas de la cité ont aujourd'hui disparus.
"Construisant leur casbah, les anciens avaient atteint au chef-d'oeuvre d'architecture et d'urbanisme" disait le Corbusier. En effet, cette masse compacte au coeur d'Alger ne cesse d'émerveiller et de surprendre. Accrochées à flanc de colline, les maisons se superposent, les terrasses dominent d'autres terrasses où, sur fond de mer, flottent des lessives bariolées. Des rampes, des escaliers, des ruelles sous encorbellements ou parfois couvertes, des chicanes, des boyaux, tout fait de la casbah un véritable labyrinthe, où l'on a plaisir à se perdre.

Musée des Arts et Traditions Populaires :
Dans le bas de la Casbah, le musée est installé dans l'ancien palais de Khedaouedj El Amia (une belle princesse qui perdit brutalement la vue). L'élégante demeure a été construite au XIV° siècle sur l'emplacement d'une zaouia du XII°siècle.

Citadelle :
En haut de la Casbah, ce fort situé à un point culminant (on y accédait par Bab El Djedid) regroupait le palais du Dey et des édifices d'utilité militaire.

Bab El Oued :
Quartier s'étirant au nord-ouest de la Casbah, bâti à la fin du siècle dernier, ce quartier européen grouillait de petits commerçants. C'est encore là que l'on peut se procurer les produits introuvables ailleurs.

Riadh El Feth :
A côté de l'immense monument de béton de 92 mètres de haut (on le surnomme "Houbel") un complexe de 146 ha qui se veut à la fois temple de la culture et centre des arts. Au milieu des jardins, des centres socio-culturels, des bibliothèques, un théatre de plein air, trois cinémas et des boutiques et restaurants en tout genre.

Le jardin d'Essai

la suite ......



janvier 27, 2008 1:00 PM


Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click

 

©djamila.be - (1999-2008) - Disclaimer