index - sommaire - algérie - amis - arabe - armoiries - B.D. - blagues - blogs dz - cinema - communes d'Algérie - communes anciennes - culture et célébrités - cuisine - gravures d'époque - immobilier - liens divers - littérature - maires - musique - patrimoine - peinture - petites histoires - photographie - population algérienne - prénoms - Que sont-ils devenus? - sahara - temoignages - voyages
Conclusion - e-mail - guestbook1 - guestbook2 - Remplissez le formulaire de perdu de recherche - sondage -


Biskra
ex : Vescera


Le Café des Souvenirs - Forum 2

 


Population : 588.648 habitants

Communes de Biskra : 33 - (Code Wilaya : 07)
Ain Naga, Ain Zaatout, Biskra, Bordj Ben Azzouz, Bouchagroun, Branis, Chetma, Djemorah, Doucen, El Feidh, El Ghrous, El Hadjeb, El Haouch, El Kantara, El Outaya, Foughala, Khenguet Sidi Nadjil, Lichana, Lioua, M'Chouneche, Mekhadma, Meziraa, M'Lili, Ouled Djellal, Ouled Harkat, Ouled Rahma, Ouled Sassi, Oumache, Ourlala, Sidi Khaled, Sidi Okba, Tolga, Zeribet El Oued.


Les environs de Biskra :

    • Hammam Salehine : Antique "Ad Piscinam" des Romains aujourd'hui station thermale réputée pour ses eaux sulfurées sodiques.
    • Sidi Okba : Ville Sainte de l'Islam. La mosquée de la ville abrite le tombeau de l'Apôtre-guerrier Sidi Okba Ben Nafi fondateur de Kairouan
    • Tolga : L'Oasis la plus importante des Zibans, célèbre par ses dattes
    • Lichoua : Ksar pittoresque entouré d'une palmeraie prospère
    • Gemellae : Au sud de Tolga, ancien camp militaire de la Numidie entre le I et le III° siècle.

Fête de la ville de Biskra : (Mars-Avril) : Fête du Printemps


Dix-sept kilomètres avant Biskra, arrêt dans la palmeraie de Sidi Okba où se dresse la mosquée-tombeau de Sidi Okba (conquérant arabe et chantre de l'Islam - VII ème siècle)


La Ville de BISKRA tire ses origines des Carthaginois. Biskra s'appelait VECERA par les romains.

  • Au 10ème siècle elle est conquise par la Kalaa de Beni Hammad,
  • puis par les arabes Hillaliens et par les Almohades du royaume de Marrakech au 12ème siècle après J.C.
  • Au 14ème siècle Biskra allait dépendre des Hafssides de Tunisie, et des Mirinides de Fes. A cette même époque Biskra est conquise par les Turcs.
  • En 1849 Biskra est occupée par le duc d'Aumale. A cette date l'insurrection des Ziban se termine sur la prise et la destruction des Zaatchas.

Biskra Royal Hotel


La ville est bâtie dans la plaine. Au Nord se détachent les sommets de l'Aurès. Les palmeraies qui entourent Biskra font la richesse économique de cette région. En effet, c'est là que poussent les dattes "Deglet Nour" ou "Doigts de lumière" connues mondialement. C'est un Oasis de 150.000 palmiers (13.000 hectares) qui produisent les dattes précitées de 1ère catégorie.

On y explore ses palmeraies, on visite ses stations thermales


Quelques photos et cartes postales envoyées pat Philippe Maiques, qu'il en soit remercié

Allees derriere glacieralleesMonument

BarrageCostaBiskra sud

El guerriaGorges d'El Kantarahotel PalaceHotel PalaceHotel TransatlantiqueFoireVers LavigerieLe marcheSud algerienLa PosteAlgerois

Cliquez sur les photos


Biskra est la capitale des oasis des Ziban et jouxte le Sahara.

A Biskra il y a aussi un établissement thermal renommé "Hammam Salihine". Sa particularité est d'avoir une eau sulfureuse chlorurée sodique. Les patients viennent pour les affections rhumatismales, dermatologiques et les troubles des voies respiratoires


EL-KANTARA

Eugène Fromentin écrivait sur El-Kantara : "El-Kantara-le pont-garde le défilé et pour ainsi dire l'unique porte par où l'on puisse, du Tell, pénétrer dans le Sahara. Ce passage est une déchirure étroite, qu'on dirait faite de main d'homme, dans une énorme muraille de rochers de trois ou quatre cents pieds d'élévation. Le pont, de construction romaine, est jeté en travers de la coupure. Le pont franchi, et après avoir fait cent pas dans le défilé, vous tombez, par une pente rapide, sur un charmant village, arrosé par un profond cours d' eau et perdu dans une forêt de vingt-cinq mille palmiers. Vous êtes dans le Sahara. Au delà s'élève une double rangée de collines dorées, derniers mouvements du sol, qui, douze lieues plus loin, vont expirer dans la plaine immense et plate du petit désert d'Angad, premier essai du grand désert. Grâce à cette situation particulière, El Kantara, qui est, sur cette ligne, le premier des villages sahariens, se trouve avoir ce rare privilége d' être un peu protégé par sa forêt contre les vents du désert, et de l' être tout à fait contre ceux du nord par le haut rempart de rochers auquel il est adossé.
Aussi, est-ce une croyance établie chez les arabes que la montagne arrête à son sommet tous les nuages du Tell ; que la pluie vient y mourir, et que l'hiver ne dépasse pas ce pont merveilleux, qui sépare ainsi deux saisons, l'hiver et l'été ; deux pays, le Tell et le Sahara ; et ils en donnent pour preuve que, d'un côté la montagne est noire et couleur de pluie, et de l'autre, rose et couleur de beau temps."



en cliquant sur la photo vous arriverez
sur le site d'El-Kantara

Le défilé d'El Kantara, étroite déchirure dans le Djébel Metlili, découvre à celui qui vient du nord toutes les beautés de la première Oasis, blottie au pied d'une imposante falaise. Cette gorge sépare deux régions aux aspects contraires. El Kantara s'ouvre sur le désert. Les Romains ont occupé le site, faisant de cette brèche naturelle un point stratégique de surveillance. Ils aimaient à croire que cette trouée était due à un coup de talon d'Hercule.


Gemellae : Nous arrivons à M'Lilli village situé à proximité des fouilles de Gemellae qui nous montre un camp militaire de l'époque d'Hadrien (76-138) bien conservé sous les sables avec son praetorium (Le praetorium est l'endroit ou le Primus Pilus déballait sa tente, le Primus Pilus est le Chef parmi les Centurions) rempli d'inscriptions (Musée des Antiquités d'Alger) et orné de peintures. Au centre d'une vaste agglomération ceinte de remparts.

De nombreux objets provenant de sanctuaires et de tombes sont aussi au Musée d'Alger. On est à la frontière militaire romaine, qui consistait en un réseau de voies, de forts, de fortins et surtout en un fossé-muraille qui s'étendait sur des centaines de kilomètres face au désert.


Liens :

 

Sam, juillet 22, 2006 9:42

©djamila.be - (1999-2006) - Disclaimer